Les caves du Languedoc et du Roussillon sont en pleines vendanges.

Si les récoltes 2016 ont vendangecommencé avec un petit retard par rapport à 2015, il a finalement été rattrapé avec une accélération des maturations ces derniers jours. Le stress hydrique, le vent et les fortes chaleurs ont asséché les vignobles. Les récoltes seront faibles, les vinifications difficiles, mais la qualité prometteuse.

Une sécheresse « inédite » et des problèmes de maturation des baies

De l’avis de tous, 2016 est un millésime compliqué, bien que le bilan soit difficile à généraliser tellement il est hétérogène. « La situation est inédite. On a rarement vu de telles conditions de sécheresse » confie Julien Maurs, œnologue au domaine Cendrillon près de Narbonne. Dans le Roussillon, Carmen Etcheverry, œnologue au domaine Etxe note que « le manque d’eau est partout».  En revanche, les conséquences sont bonnes sur l’état sanitaire du vignoble dans toute la région.

Une perte de volume, mais la qualité au rendez-vous

Les pertes de volumes sont lourdes : jusqu’à 60% de récolte en moins pour certains viticulteurs. Les vignes non irriguées et les cépages sensibles sont les plus concernés avec des carences minérales et des blocages de maturités. Selon les derniers chiffres de la préfecture, le volume global serait pour le millésime 2016 inférieur à l’année dernière d’environ 9%, soit 12,4 M hL.

Ceci étant, la qualité des blancs, en cuve dans quasiment toute la région, est prometteuse. Les raisins vendangés assez tôt sortent leurs épingles du jeu avec des degrés légèrement faibles et de bonnes acidités. C’est plus compliqué pour ceux qui ont attendu. Les fortes chaleurs ont engendré une montée importante des degrés alcooliques, une chute de l’acidité et une perte de l’intensité aromatique.